The git repo behind my blog.

fairphone.md 18KB

Title: Retour sur mon fairphone Date: 2014-03-01 17:43 Category: Hardware Lang: fr Alias: /2014/retour-sur-mon-fairphone

J’ai acheté un Fairphone en novembre, et je l’ai reçu il y a quelques semaines maintenant. Je n’ai pas encore eu le temps d’écrire dessus, mais c’est désormais corrigé. Ce Fairphone vient remplacer mon ancien Galaxy S3, qui tournait sous Cyanogen 9, mais qui n’a pas arrêté de me poser des problèmes (problème avec la puce son qui se coupait parfois, présent chez de nombreux utilisateurs apparemment, entre autres).

Note : Ceci est un petit compte-rendu après quelques semaines d’utilisation. Je mettrai cet article à jour au fur et à mesure, si de nouveaux problèmes apparaissent ou sont, au contraire, résolus.

Face
avantFace
arrière

Un Fairphone ?

Tout d’abord, qu’est-ce que c’est que cette étrange bête ? Fairphone est une initiative d’un groupe de hollandais pour proposer une alternative plus équitable aux smartphones actuels. Le projet a été crowdfundé pendant un peu plus d’un an, et le premier lot de 25 000 Fairphones a été livré en janvier.

Ils se sont engagés sur un certain nombre de points, parmi lesquels :

  • Transparence, ils communiquent précisément sur ce que contient leur téléphone, sur les coûts et il y a notamment une infographie disponible pour détailler le prix du téléphone.
  • Ils ont dans la mesure du possible essayé d’avoir un produit plus équitable que ce qui existe aujourd’hui. En particulier, leurs fournisseurs s’engagent sur un certain nombre de points (conditions de travail dans les usines en Chine, non soutien aux guerillas liées au commerce de métaux précieux en Afrique…). Il n’a pas toujours été possible de faire ce qu’ils espéraient (ils sont par exemple obligés de produire en Chine, même s’ils auraient voulu avoir un produit européen), mais ils ont bien respectés leurs engagements dans l’ensemble.
  • Libération des datasheets et des logiciels. C’est là un point très compliqué dans le monde du mobile. En effet, le secteur de la téléphonie mobile est un des secteurs les plus closed source qui existe, et il est très difficile de faire bouger ça. Ils ont essayer de convaincre leurs fournisseurs de diffuser certaines datasheets, mais ce n’est pas facile, et je ne crois pas qu’ils aient beaucoup réussi à faire bouger les choses de ce côté-là. En revanche, leurs logiciels sont open source et ils livrent le Fairphone avec un Android stock, sans applications Google préinstallées, ce qui est un très bon point par rapport aux autres fabricants. Ils ont également dit qu’ils soutiendraient le port de Firefox OS sur le Fairphone si des développeurs voulaient y travailler (mais qu’ils ne pourraient pas l’assurer eux-mêmes).

Finalement, on a un smartphone assez similaire au Wiko Cink Five, il me semble, pour 325€, ce qui est certes plus cher, mais n’avance pas les mêmes atouts. Voyons voir ce que vaut le Fairphone après quelques semaines d’utilisation.

Ergonomie et design

Le Fairphone a un écran de 4”3. Ce n’est pas tant que ça pour un smartphone actuel (on est plus autour de 5” aujourd’hui), mais au moins ça rentre dans une poche. Quand je le compare à mon ancien Galaxy S3, il paraît tout petit. De nombreuses personnes préfèrent avoir un grand écran, mais quitte à avoir des écrans de 5” et plus, autant prendre une tablette. En fait, ces tailles me paraissent un peu bancales, à mi-chemin entre un téléphone et une tablette : pas facile à prendre en main d’une seule main, trop petit pour deux mains, pas pratique dans une poche… Finalement, je suis plutôt favorable à une diagonale plus petite. À titre de comparaison, c’est à peu près la même diagonale d’écran que l’iPhone 5 (4”) et il a la même taille à quelques millimètres près.

Le design est plutôt soigné et l’appareil est assez joli, avec son liseret blanc et son dos en alu. On notera la présence d’un bouton “Marche/Arrêt” classique au sommet de l’appareil et un bouton de réglage du volume sur le côté. Les trois boutons en façade (Menu / Accueil / Retour) sont en fait des touches tactiles. Elles sont assez jolies, mais on a tendance à les effleurer par inadvertance en tapant des messages. On s’y habitue, mais je préfère clairement avoir des boutons physiques à cet endroit.

Pour une fois, le capot arrière s’enlève assez facilement, contrairement à de nombreux smartphones avec lesquels on a peur de briser la fine couche de plastique qui sert de capot arrière. Derrière, on trouve deux logements pour carte SIM (SIM classique, et non micro-SIM, on dirait que la mode des toutes petites SIM est passée ?), l’emplacement de la batterie et un emplacement Micro-SD pour étendre le stockage de 16Go initial.

Un point négatif quand même : l’appareil photo est légèrement sortant du téléphone. Du coup, quand le téléphone est posé à plat sur une table, il repose sur l’appareil photo, et sur un des coins, mais il manque un troisième point d’appui au même niveau. Conclusion : il est bancal quand il est posé sur une table. C’est dommage car ce n’est vraiment pas grand chose, mais ça complique grandement son utilisation d’une seule main, en le posant sur une table.

Vue de
côté

Écran

L’écran est de plutôt bonne qualité, avec une bonne résolution (960x540 pixels, pour une densité de 256ppi), similaire au Wiko Cink Peax 2. J’ai eu auparavant un iPhone 4 et un Galaxy S3 et la qualité de l’écran ne me perturbe pas particulièrement (ni en bien, ni en mal), mais mon utilisation n’est peut être pas la plus propice pour juger de la qualité de l’écran ? Je n’ai pas eu l’occasion de le comparer côte à côte avec mon Galaxy (notamment parce qu’avec un écran cassé, le rendu n’aurait pas été à son avantage), donc je ne peux pas en dire beaucoup plus…

En parlant d’écran cassé, l’écran a également une vitre “Gorilla Glass” censée être assez résistante. Ceci dit, cela n’a pas empêché la vitre de mon Galaxy de s’exploser à la moindre chute de 10cm avec une coque de protection :/

Une remarque quand même : l’écran a tendance à garder pas mal les traces de doigt. Plus que le SGS3 en tout cas je dirais.

Un autre point important à noter, pour ne pas être surpris, est la présence d’un réseau de petits points sur l’écran, que l’on voit sous certaines conditions d’éclairage. C’est un peu perturbant au début, car on commence par en voir un, et on pense à un pixel mort. Puis on en voit d’autres, et on finit par se rendre compte qu’ils sont trop bien alignés pour que ce soit un problème. Finalement, on trouve la réponse sur le forum de support Fairphone : il s’agit d’une grille pour l’écran tactile, qui est visible sous certaines conditions d’éclairage. Ils ont dû adopter cette technologie à cause d’un brevet sur les autres solutions. Personnellement, je n’y fais pas particulièrement attention et cela ne me dérange pas et on ne le voit que sous certaines conditions bien particulières (donc pas dérangeant pour des vidéos a priori), mais il faut le savoir pour ne pas être surpris.

Système

Le Fairphone tourne sous une version stock d’Android 4.2.2. Par défaut, aucune application Google n’est installée (libre à vous de les installer au besoin). Personnellement, venant de Cyanogen Mod sur mon Galaxy S3, je suis resté sans applications Google et trouve tout ce dont j’ai besoin sur F-Droid. Les seules applications préinstallées sont :

  • Une application pour iFixIt
  • Un launcher un peu différent (FairphoneHome)
  • Un widget pour couper le téléphone (passage en mode avion) pendant un certain temps à définir (“Profitez d’un moment de tranquillité”), appelé Peace Of Mind.
  • Une application pour mettre à jour le système OTA, et profiter des corrections de bug apportées par Fairphone.

Tous ces logiciels sont open-source, iFixIt étant disponible sur F-Droid et les autres étant disponibles sur Github. Je vous laisse d’ailleurs aller voir le dépôt Github pour plus d’images de l’interface et des widgets.

On a donc un système Android de base, avec une très légère surcouche, le tout étant open-source, ce qui est très rare sur les smartphones actuels. Pas d’autres bloatwares que ceux dans Android d’origine donc.

La légère surcouche graphique est très jolie, et va plutôt bien avec le look du Fairphone, à mon avis. Cf cet article sur le flat design chez le hollandais volant, je trouve que le Fairphone n’en est pas trop victime.

ÉcranBatterie

Un des changements apportés par la surcouche graphique est la présence d’un lanceur rapide lorsqu’on touche le bord droit de l’écran (uniquement sur l’écran d’accueil et sur le menu des applications). C’est d’ailleurs grâce à lui qu’on accède à la liste des applications. Il est assez pratique, une fois qu’on s’y est un peu habitué. En effet, au début, on l’appelle souvent sans faire exprès en naviguant dans la liste des applications.

HomescreenHomescreen

P.S. : Parmi les applications de base, on trouve également une application “TODO”, un enregistreur de son, une application pour écouter la radio FM, une application de notes et un gestionnaire de fichier. Me corriger si je me trompe, mais il me semble que ces applications sont intégrées à Android stock.

Appareil photo

L’appareil photo me semble raisonnable, même si j’avoue ne pas avoir beaucoup de références en la matière. Par contre, l’application n’arrêtait pas de m’afficher le tutoriel. En fait, il suffit de le suivre en entier (ce qui prend environ 30 secondes), et ensuite vous ne le verrez plus. Sinon, vous pouvez aussi installer l’application Camera stock disponible sur f-droid.

Pour juger plus en détails de la qualité des photos, je vous laisse regarder les photos disponibles ici que j’ai prises avec mon fairphone.

Quelques problèmes rencontrés

GPS

Comme pour de nombreux utilisateurs, le premier fix GPS a été très long à avoir. En fait, je n’ai même pas réussi à l’avoir en intérieur… Mais en activant l’A-GPS, en téléchargeant les données EPO et en faisant un petit tour à pied dehors, le fix GPS est assez rapide (< 5 minutes). Une fois ce premier fix réalisé, mon GPS se fixe quasiment instantanément (< 10 secondes). Voir notamment cette page chez xda-developpers et ce thread sur le forum fairphone pour plus d’informations.

Gestion des cartes SIM

La gestion des cartes SIM diffère un peu de ce que j’avais sur mon Galaxy S3. En particulier, le Fairphone a deux emplacements SIM, et vous affichera donc une notification si vous n’en avez qu’une seule d’insérée. De plus, à chaque sortie du mode avion, votre code PIN vous sera demandé (alors que mon Galaxy S3 ne le demandait qu’une fois par démarrage du téléphone). Enfin, étant chez Free, je suis souvent en itinérance (nationale, sur le réseau Orange). Le Fairphone ne fait aucune différence entre l’itinérance nationale et internationale, et vous aurez donc droit à quelques messages vous prévenant que vous êtes en itinérance sur la carte SIM utilisée et vous demandant de confirmer l’envoi d’un SMS (par exemple). Il est possible de désactiver les confirmations répétées, et il ne restera alors plus qu’une seule alerte à l’envoi d’un SMS à la sortie du mode avion. Il faut également penser à désactiver l’itinérance quand on est à l’étranger du coup, pour éviter les surcoûts.

Je n’ai pas encore eu l’occasion de tester le téléphone avec deux SIMs à la fois, mais a priori c’est très classique. On peut spécifier les cartes SIMs par défaut à utiliser, et la carte SIM utilisée apparaît en encart dans chaque SMS, etc. Je devrais pouvoir le tester d’ici un mois je pense, je mettrai à jour l’article en conséquence.

Divers problèmes

  • J’ai eu droit à quelques reboots de l’interface en utilisant Firefox (notamment en utilisant des pages webRTC, qui sont assez lourdes). Rien de bien méchant, et je ne sais pas en fait si cela vient du Fairphone ou de firefox.
  • J’ai eu droit une fois à un blocage complet (écran éteint, bouton marche/arrêt sans effet). J’ai du redémarrer le téléphone en restant longtemps appuyé sur le bouton marche/arrêt, mais je ne sais pas exactement ce qu’il s’est passé.
  • Quelques bugs de traductions. En particulier, “reboot” n’est pas traduit en “redémarrer”, et de temps à autres l’application de SMS m’affiche “Nom d’artiste inconnu” au lieu de l’heure du dernier message.

Divers

  • Toutes les spécifications détaillées sont disponibles ici.
  • Le DAS du téléphone est assez faible (0.329 W/kg au niveau de la tête, 0.693 W/kg au niveau du corps).
  • Pas de NFC intégré. Je n’ai personnellement eu l’occasion d’utiliser le NFC de mon Galaxy S3 que pour m’amuser à scanner les badges que j’avais dans mon portefeuille, donc ce n’est pas un bien grand mal.
  • Pour éviter de multiplier les chargeurs / écouteurs inutiles, le téléphone est vendu seul dans sa boîte. En effet, la plupart des gens ont déjà plusieurs chargeurs et écouteurs chez eux et il est inutile d’en rajouter un qui traînera au fond d’une armoire. Libre à vous d’en prendre un en option au besoin.

Conclusion

En conclusion, je suis très satisfait de mon Fairphone. Il est certes un peu plus cher que la concurrence, et présente quelques défauts de jeunesse, mais il me paraît tout à fait raisonnable et une bonne alternative aux autres téléphones des grands constructeurs. Par contre, étant édité à peu d’exemplaires, je doute qu’on voit beaucoup d’accessoires dédiés dans les prochains mois (notamment de housses parfaitement adaptées à son form factor). Je ne suis pas doué pour les conclusions, donc je vous laisse conclure tout seul :)

Note (car il faut bien un peu de troll) : on se rappellera des défauts des problèmes sur les premiers smartphones (et pas que les premiers en fait) des autres constructeurs, notamment l’absence de 3G sur le premier iPhone, ou encore les problèmes d’écran jaune sur l’iPhone 3GS ou récemment sur l’iPhone 5.

Edit : J’ai retrouvé le lien vers l’article sur le site du projet replicant qui parlait de l’open-source et du Fairphone : http://blog.replicant.us/2013/11/fairphone/.

Edit 2 : J’ai oublié de parler de la batterie et de l’autonomie… C’est donc réparé avec ce petit rajout. L’autonomie est plutôt bonne, dans la moyenne des smartphones actuels (en tout cas, sensiblement comparable à celle de mon ancien S3). Je tiens une journée (8h -> 24h) en relevant 5 comptes e-mails en push, en allant sur internet dans le bus (1h) et à quelques occasions dans la journée, et en passant la journée dans une zone pas très bien couverte (je finis la journée avec entre 10% et 30% de batterie selon les jours). Bref, comme d’hab’, on tient une journée sans trop de difficulté (sauf utilisation ultra-intensive, mais pour ça, on ne peut pas grand chose) mais il faut quand même recharger tous les soirs. En restreignant un peu mon utilisation, je pense que je pourrais tenir deux jours.

Edit 3 : Le blocage complet et le reboot de l’interface sont liés et sont un seul et même problème apparemment. Cela arrive aussi avec le contrôle du volume. Je l’ai eu quelques fois depuis que j’ai mon Fairphone, et c’est assez embêtant comme bug. Mais Fairphone est au courant et le problème devrait être corrigé dans la prochaine mise à jour qui arrivera d’ici peu. De même pour les problèmes d’itinérance nationale qui devraient être résolus bientôt. J’ai également depuis peu une deuxième carte SIM et rien à redire sur la gestion des cartes SIM : on peut choisir la SIM par défaut pour chaque action (SMS, Appels, Internet, …) et la gestion des deux cartes est très complète. Quand à l’autonomie, je tiens toujours un peu plus d’une journée avec mon utilisation. Par exemple, ce soir, j’en suis à 15h sur batterie, 5 comptes e-mails en push toute la journée, une couverture réseau assez aléatoire et 2 à 3h sur Internet en 3G et il me reste encore 22% de batterie.

Edit 4  J’ai envoyé un e-mail pour rapporter les issues remarquées à Fairphone et ils m’ont répondu (avec un peu de retard, mais quand même) qu’ils prenaient note et corrigeraient. Et Fairphone vend des pièces détachées et a mis des guides pour réparer son téléphone.